by Rabbi Pauline Bebe,

Centre Maayan, Communauté Juive Libérale

, Paris

(for the French version, please

click here

or scroll down)

What draws us to explore strange lands?

Is it the desire to conquer one’s self? The other? A country? A promised land? We embark into an elsewhere which is inevitably filled with promise: “And there is nothing more beautiful than the moment before a voyage, the moment when tomorrow’s horizon comes to visit us, to announce its promises,” wrote Milan Kundera. We stretch out our hands to embrace multiple possible “promised lands.” which, at times, escape us, or at other moments, allow ourselves to be won over, or simply surrender into our longing arms.

And when we are on the threshold of this new land, much like the children of Israel on the border of a forest, standing amongst its leaves, contemplating the clearing ahead – fear often seizes  us: “butterflies in the stomach”

parparim babeten

, as the Hebrew expression so aptly puts it. For when that which we ardently desire is at the point of realization, when the dream finally gives way to a reality that is highly seductive and anticipated – a beautiful land or an attractive person – one can suddenly experience the desire to once again be anywhere else. We fear that reality will betray our dreams, or that we will not be worthy of what others might expect of us.

Like a big toe that timidly tests the temperature of the water before giving the rest of the body permission to follow, before plunging myself, body and soul, into that which I have so long desired… I muse, my muse is waiting for me, I know it, I’m not even afraid of losing her, it’s irreversible. Then I savor the instant, before tasting the moment, I let my mind wander over the waves of hope,  caress all the promises imagine all the possibilities and nonetheless, everything surprises me.

A bit like an experimenter who tests and retests his experiments a thousand times over to finally get another result… I want to start over… I want to try something else… I want to give my dream the possibly to be realized. Dream and reality look for each other, caressing each other, like two lovers. They sometimes turn their backs to one another, having nothing to say; sometimes they lovingly embrace, fusing into one. Sometimes, one wants to take the place of the other, stopping the other from existing.  When it is the “dream”, it says to “reality” that it never lives up to its expectations, but “reality” replies “but at least I exist in real life! I’m not the product of a pure imagination that disappears at the slightest touch.”

But when reality wants to kill off the dream, it doesn’t happen because the spirit is stronger, as the Prophet Zechariah says: “not by force and not by might, but by My spirit says the Eternal” (Zechariah 4:6). I remember Odette, a Nazi death camp survivor, once say: “what enabled me to live was my dreams. I told myself: ‘At least the Nazis can’t take my dreams!’”

The Promised Land is a dream, and when reality shows its face and chases away the haze of dreams, it is an invitation to action. One asks if we should send spies,

meragelim

– literally people who will walk the land with their feet. One has to plan in advance, that is to say, look ahead, send feet… but especially eyes which will describe what they see.

The story of the scouts is one that is full of ambiguities and mystery. First off, we do not know who sent them. God? Moses? The children of Israel? If it is the children of Israel, one could easlily ask why they did not have confidence in God?

Must one have passed through the entire land promised to Abraham and Sarah in order to be certain that he or she wants it? Could not the children of Israel have said to God: “Dear God, thank you very much for your nice gift, very thoughtful, however we’d prefer another country”? Or perhaps they could have simply decided to remain in the desert as wandering Jews. Indeed, if we had listened to the majority of the spies that is what would have happened to us.

Happily, we knew how to listen to the minority, not to cede to a general climate of pessimism from people who would say “you’re heading for disaster”. As a result, we were able to settle into this Promised Land, this land of our ancestors… listening to a Herzl who said

im tirtzou eyn zo aggada

(‘if you want it, it is not a dream’) and as a result we just completed celebrating the 66th anniversary of the State of Israel.

But fulfilling a dream is not tantamount to blind obedience to God. If God wants us to send spies, then any positive affirmation must be based on the presence and exploration of doubt. It is not a case of simply saying “yes” like a yes-man to every crazy dream without questioning. Rather, we are obliged to choose some of the craziest dreams and explore them, quieting the pessimists and killjoys, and going forward prudently and crazily to conquer these promised lands.

The spies saw different things because they looked not only with their eyes, but with their hearts as well. When one sees with his or her heart, the walls that are the most difficult to scale become but tiny steps, the most challenging obstacles melt like sugar on the tongue of our desires, and we let ourselves be guided by a shinging light from a sunny horizon.

Similarly, the blue thread is also all alone amongst the white ones that make up the tzitzit of our Tallit. But it is this blue thread that we must reflect upon each new dawn, the blue thread of hope, which invites us to live out our craziest dreams.

Parashat Shelach by Rabbi Pauline Bebe, Centre Maayan, Communauté Juive Libérale, Paris

(for the English version please

click here

or scroll to the top)

Que va-t-on chercher dans une contrée inconnue, à la conquête de soi, de l’autre, d’un pays ou d’une terre promise ? On se lance dans un ailleurs plein de promesse : « Et il n’est rien de plus beau que l’instant qui précède le voyage, l’instant où l’horizon de demain vient nous rendre visite et nous dire ses promesses » écrit Milan Kundera. Nous tendons la main vers de multiples terres promises qui parfois nous échappent, parfois se laissent apprivoiser et s’abandonnent dans nos bras soupirants.

Et lorsque nous sommes au bord de cette terre comme les enfants d’Israël sur ce liserée de forêt qui laisse entre ses feuilles soupçonner la clairière, souvent la peur nous assaille, « des papillons dans le ventre » comme le dit si bien l’expression hébraïque. Lorsque ce que nous désirons est sur le point de se réaliser, lorsque le rêve veut céder sa place à la réalité aussi séduisante et attendue soit-elle, un beau pays ou une belle personne, on peut avoir envie d’être encore ailleurs. On a peur que la réalité déçoive nos rêves, ou de ne pas être à la hauteur de ce qui est attendu de nous.

Alors comme un orteil qui teste timidement la température de l’eau avant de donner à tout le corps la permission de suivre, avant de me plonger corps et âme dans ce que j’ai longtemps désiré, je muse, ma muse m’attend, je le sais, je n’ai même pas peur de la perdre, elle m’est acquise, alors je goute à l’instant, avant de gouter le moment, je laisse mon esprit divaguer sur les vagues de l’espoir, je caresse toutes les possibilités, imagine tous les éventualités et pourtant tout me surprend.

Un peu comme un chercheur qui fait et refait ses expérience mille et une fois pour enfin obtenir un autre résultat, je veux recommencer, je veux réessayer autrement,  je veux donner à mon rêve la possibilité d’exister. Rêve et réalité se cherchent et se frottent l’un à l’autre comme deux amants, parfois ils se tournent le dos et n’ont rien à se dire, parfois ils s’embrassent amoureusement et ne font plus qu’un, parfois l’un veut prendre la place de l’autre et l’empêcher d’exister – quand c’est le rêve, il dit à la réalité qu’elle n’est jamais à sa hauteur, et la réalité lui répond « mais au moins moi j’existe en vrai ! je ne suis pas le pur produit d’un imaginaire qui disparait à la moindre sollicitation.

Mais quand la réalité veut tordre le cou au rêve, en général, elle n’y arrive pas parce que l’esprit est plus fort, comme le dit le prophète Zacharie (4 :6) : « ce n’est ni par la force, ni par la violence, mais par mon esprit dit l’Eternel. » Je me rappelle d’Odette ancienne déportée qui disait : « ce qui m’a permis de vivre, c’est le rêve, je me disais au moins les nazis ne peuvent pas me prendre mes rêves ! ».

La terre promise est un rêve, et quand la réalité pointe son nez et dissipe les brumes du rêve, c’est une invitation à l’action. On se demande s’il faut envoyer des explorateurs : meraguelim, mot à mot des personnes qui vont fouler le sol avec leurs pieds. Il faut pré-voir, c’est-à-dire voir avant, envoyer des pieds mais surtout des yeux qui décrivent ce qu’ils voient.

L’épisode des explorateurs est parlant. Tout d’abord, on ne sait pas qui les envoie. Dieu ? Moïse ? Les enfants d’Israël.  Si ce sont les enfants d’Israël, on pourrait dire comment, ils n’ont pas confiance en Dieu ?

La terre promise à Abraham et à Sara, faut-il la parcourir pour être certains que nous la voulons. Pouvait-on dire à Dieu : « Cher Dieu, merci pour votre gentil cadeau, très attentionné mais nous préférons un autre pays ou rester dans le désert, finalement, être des juifs errants… » ?

Si nous avions écouté la majorité des explorateurs, c’est ce qui serait arrivé. Heureusement nous avons su écouter la minorité, ne pas nous laisser entraîner par un pessimisme ambiant, des gens qui disaient « vous allez droit dans le mur ». Ainsi nous avons pu nous installer sur cette terre promise, la terre de nos ancêtres, et écouter Herzl qui disait « im tirstou, ein zo aggada, si vous le voulez, ce ne sera pas un rêve… » et ainsi fêter avec joie il y a quelques semaines le 66ème anniversaire de l’Etat d’Israël.

Mais l’accomplissement d’un rêve, ce n’est pas non plus l’obéissance aveugle à Dieu, et si Dieu veut aussi que nous envoyons des explorateurs, c’est que le doute doit être présent dans toute affirmation positive. Il ne s’agit pas de dire oui comme un béni-oui-oui à tous les rêves les plus fous, sans tâtonner, il s’agit de choisir quelques uns des rêves les plus fous, les explorer, faire taire les pessimistes et les rabajois,  et aller prudemment et follement à la conquête de ces terres promises.

Les explorateurs ne voient pas tous la même chose, parce que l’on voit avec son cœur et pas seulement avec ses yeux. Lorsque l’on voit avec son cœur les murs les plus infranchissables ne sont que des petites marches minuscules, les obstacles les plus ardus fondent comme du sucre sur la langue de nos désirs, et nous nous laissons guidée par les lumières qui brillent sur l’horizon lumineux.

Le fil bleu d’azur, lui aussi est seul parmi tous les autres fils blancs au bord de notre Taleth et c’est lui que nous devons percevoir quand l’aube pointe chaque jour, le fil bleu de l’espoir qui nous invite à vivre nos rêves les plus fous.

Recent Issues